Intermédiaire
Cours 14
7 min

Qu’est-ce qu’une DApp ?

Les projets comme Ethereum, EOS et d’autres visent à décentraliser les applications. Les DApps conservent les données utilisateur à plusieurs emplacements, plutôt que sur un seul serveur.

  • Une DApp est le résultat de la combinaison de smart contracts, d’une cryptomonnaie, d’une blockchain et d’une application ;
  • Les DApps ont un fonctionnement similaire aux applications traditionnelles, bien qu’elles soient différentes dans leur manière d’encourager leur utilisation et de stocker les données ;
  •  Les DApps sont importantes car elles reposent sur une infrastructure qui se trouve sur une blockchain. Cela signifie qu’elles sont à la vue de tous les utilisateurs. 

Dans ce cours, nous étudierons les applications décentralisées (DApps).

Les origines des applications décentralisées (DApps)

Actuellement, nous dépendons tous fortement de nos applications téléphone favorites. En les utilisant, nous faisons confiance aux fournisseurs pour sécuriser nos données. Une grande partie des commerces en ligne fournissent même des services à leurs utilisateurs gratuitement. En échange, les utilisateurs acceptent (tacitement ou officiellement) que toutes leurs données, ou une partie seulement, soient vendues à des annonceurs à des fins lucratives. 

C’est le cas, par exemple, des fournisseurs de messagerie électronique « gratuits ». Les annonceurs peuvent accéder à votre boîte de réception pour générer des revenus grâce à des publicités ciblées quand vous lisez vos emails. Si cette pratique est courante, elle fait néanmoins l’objet de critiques, ayant provoqué un tollé international qui a fait réagir jusqu’aux plus hautes sphères politiques. Ça a été le cas lors du scandale des données de Cambridge Analytica en 2018 : des données utilisateur avaient été récoltées à partir des profils des utilisateurs du plus grand réseau social au monde, et vendues à des fins de publicité politique. 

En outre, plusieurs affaires de piratages informatiques ayant permis la saisi des renseignements personnels confidentiels de millions d’utilisateurs sur des plateformes internationales, ont été constatés. 

Les ICO et le lancement d’Ethereum en 2015 ont ouvert la voie aux applications décentralisées qui pourraient apporter de nombreuses solutions à ce problème.

Qu’est-ce qu’une application décentralisée ?

Les applications blockchain décentralisées, ou « DApps », sont finalement assez similaires aux applications que nous connaissons tous, à quelques différences près. Les DApps étant reliées à des réseaux blockchain tels qu’Ethereum, une copie des données est stockée sur chaque ordinateur du réseau blockchain. Cela signifie que, par définition, aucun individu ou groupe ne contrôle une DApp. 

Une DApp est, essentiellement, un programme informatique qui existe et qui fonctionne sur une blockchain. Toutes les applications web se composent de deux parties : le « front-end » (sur votre ordinateur) et le « back-end » (sur les serveurs respectifs). La particularité des DApps est que leur partie back-end existe sur une blockchain.

Contrairement aux applications traditionnelles, les DApps sont contrôlées et financées par leurs utilisateurs, tout comme Ethereum et Bitcoin. 

Le navigateur Brave

Comme la plupart des applications (ou « apps ») utilisées aujourd’hui, les DApps peuvent prendre la forme de jeux, de réseaux sociaux ou même de navigateurs. En d’autres termes, les DApps ne sont pas très différentes des autres réseaux utilisant une blockchain, tels que Bitcoin par exemple. Un réseau décentralisé est géré et protégé par un petit groupe de personnes qui seront rémunérées pour leurs efforts en fonction du consensus du réseau. 

Pour en revenir à l’exemple des navigateurs : Brave a été lancé en 2016, il s’agissait du premier navigateur à rémunérer les utilisateurs avec ses propres tokens ERC20 natifs, appelés « Basic Attention Token (BAT) ». Fondamentalement, Brave a le même fonctionnement et la même interface que les autres navigateurs. Ayant été fondé sur la même structure que Google Chrome, vous pouvez le connecter à votre adresse email et même importer vos favoris depuis un autre navigateur. 

Le navigateur Brave bloque les publicités externes et les trackers grâce à un bloqueur de publicité. Cependant, les utilisateurs ont la possibilité d’afficher certaines publicités qui ne traquent pas leur comportement, respectant ainsi leur vie privée. Les utilisateurs qui choisissent de voir des publicités ciblées sont rémunérés sous forme de Basic Attention Token (BAT). 

Pour ce qui est du tracking, le navigateur n’analyse les habitudes de navigation des utilisateurs que pour les publicités affichées sur Brave. Toutes les données sont stockées sur la blockchain Ethereum et réparties entre des milliers d’ordinateurs. Grâce à leur manière de stocker et d’utiliser les données personnelles, les DApps représentent probablement un tournant drastique dans la réappropriation de la vie privée. 

Comment puis-je utiliser une DApp ?

En quelques clics, les potentiels utilisateurs peuvent se créer un wallet de cryptomonnaies intégré à leur navigateur, comme MetaMask par exemple, qui est compatible avec Firefox, Brave et d’autres navigateurs fréquemment utilisés. Un wallet MetaMask a un fonctionnement similaire à Apple-Pay. Il peut être utilisé pour stocker, envoyer, ou recevoir des Ether, des tokens ERC20 et d’autres tokens de la blockchain Ethereum. 

Après avoir transféré les Ether dans un wallet, les utilisateurs peuvent utiliser les fonds pour payer des services en ligne ou pour accéder à des DApps grâce à des Ether ou des tokens ERC20, par exemple pour le jeu CryptoKitties.

 

DApps et réseaux sociaux

Les DApps sont également utilisées pour des réseaux sociaux tels que Steem. Steem est un réseau social qui fonctionne sur sa propre blockchain dédiée et qui rémunère ses utilisateurs pour leurs publications et leurs interactions avec d’autres utilisateurs, dans sa monnaie native STEEM. Visualisez Facebook sur une blockchain, sauf que vos données sont toujours cryptées et que vous êtes payé pour l’utiliser. Bien qu’il s’agisse d’un service encore émergent, Steem gagne déjà en popularité, notamment parce qu’il n’est pas axé sur la publicité. 

La scalabilité des DApps

Les risques principaux inhérents au DApps, comme pour toute utilisation d’une blockchain, résident dans le fait que les réseaux sont encore vulnérables au piratage. En outre, à l’heure actuelle, les réseaux ne sont pas encore capables de se mettre à l’échelle pour prendre en charge un grand nombre d’utilisateurs. 

Prenons l’exemple de CryptoKitties, qui ressemble à une version en ligne du jeu de cartes Pokémon, mais en remplaçant les cartes par des chats différents. Après la sortie de CryptoKitties en 2017, un des premiers jeux au monde à utiliser la technologie blockchain, on ne comptait pas moins de 1,5 million d’utilisateurs à son apogée. Le jeu étant simple à prendre en main et plutôt addictif, cette réussite était à prévoir. 

CryptoKitties

L’histoire de CryptoKitties montre que les DApps ne sont pas encore prêtes à être démocratisées. Peu après son lancement, le jeu a commencé à ralentir considérablement l’ensemble du réseau Ethereum. Chaque fois que les utilisateurs achetaient ou vendaient un de leurs chats numériques, une transaction était envoyée à la blockchain Ethereum. En conséquence, CryptoKitties a dû augmenter le prix de ses chats numériques pour permettre de simplement faire passer les transactions. Cela a conduit les mineurs d’Ethereum à privilégier leurs propres transactions, ce qui a soulevé la question de la centralisation. Cependant, les sceptiques n’ont pas eu à s’inquiéter trop longtemps. Après la baisse importante du prix du bitcoin début 2018, la popularité de CryptoKitties a également commencé à décliner. 

Le hack DAO et Ethereum Classic

En plus du problème de scalabilité, les DApps comportent essentiellement deux autres risques majeurs. Comme d’autres réseaux, elles ne sont pas à l’abri des piratages. De plus, elles dépendent du consensus des agents qui gèrent le réseau, surtout depuis l’événement que l’on connaît sous le nom de « hack DAO ». 

Le DAO (abréviation de « decentralised autonomous organisation » en anglais ; ou « Organisation Autonome Décentralisée », en français), était une DApp lancée sur la blockchain Ethereum en 2016 et qui fonctionnait comme un fonds dirigé par des investisseurs, bien que décentralisé. Chaque règle et action du fonds était codée dans ses smart contracts. Après sa première ICO en 2016, le DAO avait réussi à lever 168 millions de dollars en Ether. 

Malheureusement, leur smart contract fût piraté après que des hackers ont découvert une faille importante dans son code, ce qui leur a permis de voler 50 millions de dollars (3,6 millions d’Ether) dans les fonds cette année-là. Comme nous l’avons déjà vu, une fois que les smart contracts sont en ligne, il est presque impossible de les modifier de quelque manière que ce soit, ce qui explique la gravité de ce bug. 

Comme le DAO détenait alors 15 % de tous les Ether, les développeurs d’Ethereum se sont inquiétés de l’impact de cet événement sur le réseau. Cependant, la communauté Ethereum ne réussissait pas à se mettre d’accord sur l’approche à adopter. C’est pourquoi l’Ethereum Foundation, qui comprenait certains des développeurs les plus connus du réseau, a décidé d’opter pour un hard fork d’Ethereum. 

D’un côté, le hard fork a permis de supprimer les dommages que le piratage avait infligés à la blockchain. De l’autre, cette séparation de la blockchain originale d’Ethereum a entraîné une rupture au sein de la communauté Ethereum. Le deuxième groupe de la communauté Ethereum a rejeté le hard fork, sur le principe qu’une blockchain est immuable et ne peut pas être modifiée. C’est ainsi que la cryptomonnaie Ethereum originale est devenue Ethereum Classic. 

Le futur des DApps

Il est plus que probable que les 100 prochains millions d’utilisateurs rejoindront la cryptosphère non pas par amour des cryptomonnaies, mais par le biais des réseaux sociaux, des jeux ou des navigateurs qui utiliseront la technologie blockchain et qui nécessiteront des cryptomonnaies.

En résumé, les DApps n’en sont qu’à leurs débuts, mais elles ne sont probablement pas le prochain stade d’évolution de nos applications et services en ligne actuels, puisqu’elles redéfinissent comment sont gérées nos données et comment nous pouvons gagner et échanger de l’argent en ligne. 

Envie d’acheter des cryptomonnaies ?

Lancez-vous

DISCLAIMER

Cet article ne constitue en aucun cas un conseil en investissement ni une offre ou une invitation à acheter des actifs financiers numériques.

Le présent article est fourni à titre d'information générale uniquement et aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n'est faite et aucune fiabilité ne doit être accordée quant à l'équité, l'exactitude, l'exhaustivité ou la justesse de cet article ou des opinions qui y sont contenues.

Certaines déclarations contenues dans cet article peuvent concerner des attentes futures fondées sur nos opinions et hypothèses actuelles et comportent des incertitudes susceptibles d'entraîner des résultats, performances ou événements réels différents de ces déclarations. 

Ni Bitpanda GmbH, ni aucune de ses filiales, conseillers ou représentants ne peuvent être tenus responsables de quelque manière que ce soit en relation avec cet article. 

Veuillez noter qu'un investissement dans des actifs financiers numériques comporte des risques en plus des opportunités décrites ci-dessus.