Intermédiaire
Cours 20
6 min

Qu’est-ce qu’une attaque à 51 % et comment l’éviter ?

Une « attaque à 51 % » se produit lorsqu’un mineur, ou groupe de mineurs, prend le contrôle de la majorité d’une blockchain proof-of-work et effectue des doubles-dépenses. 

  • Cette attaque à 51 % est crainte par l’ensemble de l’industrie blockchain ;
  • Lors d’une attaque à 51 %, un mineur, ou groupe de mineurs, gagne ou achète assez de puissance de hachage (ou « hash power ») pour prendre le contrôle de 51 % ou plus du réseau blockchain et effectuer des doubles-dépenses de la cryptomonnaie impliquée ;
  • Jusqu’à maintenant, aucune attaque à 51 % n’a été fructueuse sur la blockchain Bitcoin. En revanche des réseaux d’altcoins dont la puissance de hachage et la sécurité étaient beaucoup plus faibles en ont déjà été victimes.

 Dans cette leçon, vous allez découvrir en détail les attaques à 51 %.

L’incident de GHash.IO

En juin 2014, le mining pool GHash.IO a réuni 55 % du taux de hachage, ou « hashrate », de Bitcoin en 24 heures. Le concept d’attaque à 51 % était, jusqu’à ce moment, purement hypothétique, concernant principalement le réseau Bitcoin, mais tout à coup cette crainte était devenue réalité. Bien qu’un mois plus tard, la participation au réseau de GHash.IO était tombée aux alentours de 38 %, le risque qu’un mineur ou qu’un mining pool prenne de nouveau le contrôle demeurait. Dans ce cas précis, GHash.IO s’est engagé à se tenir volontairement à l’écart. 

Dans la plupart des cas, les attaques à 51 % ne rencontrent aucun succès, ou pas pour très longtemps. Pour être exact, l’incident de GHash.IO n’était pas vraiment une attaque à 51 % puisque le groupe de mineurs n’a pas essayé de différer des blocs ou d’effectuer des doubles-dépenses sur le réseau. Malgré tout, d’autres attaques à 51 % ont eu lieu depuis, sur des plus petits réseaux, dont Ethereum Classic. À ce jour, Bitcoin reste sécurisé grâce à son important volume et l’accord de toute la communauté Bitcoin de préserver le réseau à tout prix.

Dans la plupart des cas, les attaques à 51 % ne rencontrent aucun succès, ou pas pour très longtemps.

Que se passe-t-il lors d’une attaque à 51 % sur un réseau blockchain ?

En temps normal, les bitcoins sont générés pendant le mining par les ordinateurs. Les nodes de mining sont des ordinateurs en compétition les uns contre les autres pour trouver des hashs valides en entrant différentes combinaisons de hachage. L’objectif de chaque node est d’être le premier mineur à valider un nouveau bloc. Lorsqu’un mineur trouve une combinaison de hachage valide, le bloc nouvellement miné est alors ajouté à la blockchain et approuvé comme légitime par le réseau.  

On appelle « consensus » l’accord des nodes concernant les critères de légitimité d’un bloc. La majorité des nodes doit donc s’entendre sur les critères de validité d’un nouveau bloc. Si différents mineurs valident différents blocs en même temps, les nodes font confiance à la plus longue blockchain et y ajoutent le bloc.

Plus de 50 %

Toutefois, si une entité du réseau contrôle plus de 50 % de la puissance de calcul, en théorie elle pourrait tenter de sélectionner le bloc actuel et commencer à miner et à différer les blocs validés. Une fois mise en place, cette blockchain concurrente dépasserait alors la blockchain initiale, effaçant toutes les transactions qui ont eu lieu depuis le fork et, par conséquent, sabotant l’immuabilité du réseau. Cette entité pourrait également refuser de valider les blocs minés pas d’autres participants du réseau, s’assurant ainsi que la concurrence ne reçoit jamais une part équitable, et pourrait mettre sur liste noire certaines adresses Bitcoin.

Une véritable attaque à 51 % peut avoir lieu en quelques étapes seulement. Tout d’abord, l’entité ou la personne qui souhaite attaquer le réseau doit disposer d’une puissance de hachage suffisante pour réussir à miner des blocs en secret sur une copie de la blockchain du réseau. Cette blockchain secrète évolue en parallèle de l’originale. Par conséquent, la clé pour réaliser une attaque à 51 % est d’acquérir la puissance de hachage d’un réseau, d’où la nécessité de rendre cette opération aussi coûteuse que possible. Si un acteur malveillant ne peut pas payer pour prendre le contrôle d’un réseau, alors une attaque à 51 % ne peut pas se produire.  

La prévention des attaques à 51 %

Dans son whitepaper, Satoshi Nakamoto a décrit la nature des frais de transaction du réseau Bitcoin comme une incitation pour les nodes à rester honnêtes. En veillant à ce qu’aucun mineur, groupe de mineurs ou mining pool ne contrôle plus de 50 % de la puissance de calcul du réseau Bitcoin, il est peu probable qu’un mineur ou un groupe voulant attaquer le réseau puisse copier la plus longue blockchain validée existante. Un tel exploit nécessiterait une quantité incroyable de matériel et d’énergie. En outre, l’auteur potentiel de l’attaque aurait besoin d’une bonne dose de chance en raison du caractère aléatoire du processus de mining. 

Il semble peu probable qu’une attaque à 51 % ait lieu sur le réseau Bitcoin, en raison de sa taille et de son taux de hachage. Selon une estimation, le coût d’une attaque à 51 % sur le réseau Bitcoin s’élèverait à un peu plus de 15 milliards de dollars américains. Cependant, de nombreux altcoins sont menacés. Il suffit de louer un équipement de mining suffisamment puissant qui n’a pas besoin d’être gardé chez soi et d’avoir un apport initial relativement important. C’est ainsi qu’Ethereum Classic a été piraté et que les hackers ont volé plus d’un million de dollars de sa cryptomonnaie native. Le taux de hachage global du réseau n’équivaut tout simplement pas à celui de Bitcoin.  

La proof-of-stake

Néanmoins, même pour les plus petits réseaux blockchain, il reste crucial de faire en sorte qu’il soit le plus difficile possible pour un mineur de devenir l’acteur majoritaire. Tous les réseaux proof-of-work encouragent les mineurs à optimiser leur équipement en permanence, sans quoi, ils commenceraient à prendre du retard sur tous les autres participants du réseau et ne recevraient aucune récompense de bloc.

Dans cette optique, certains partisans de la proof-of-stake (« PoS ») estiment que cette dernière est un mécanisme de consensus plus sécurisé que la proof-of-work en ce qui concerne le risque d’attaque à 51 %. Il est vrai que, dans sa forme la plus élémentaire, la PoS incite au contrôle par les utilisateurs les plus riches, mais dans la plupart des cas, les réseaux ont dépassé cette structure pour adopter des alternatives plus décentralisées, tels que la Delegated-Proof-of-Stake (DPoS) ; que nous avons mentionné dans le cours 7

 

Une communauté de réseau forte

Pour résumer, la DPoS permet à tout utilisateur du réseau qui a le niveau minimum d’enjeu (« stake » en anglais) de devenir un validateur de bloc, l’équivalent d’un mineur dans le réseau proof-of-stake. Généralement, ces validateurs sont élus par la communauté elle-même, tout comme la cryptomonnaie, EOS. Sachant que EOS est dirigé par 21 validateurs, si une collision impliquant douze d’entre eux, voire plus, avait lieu pour tenter de prendre le contrôle du réseau, ils seraient rapidement écartés par la communauté du réseau. Ce système permet de prévenir efficacement les attaques à 51 %, et donc les risques de double-dépense, puisque les règles pour leur retrait sont dans une certaine mesure également codées dans la blockchain. 

En fin de compte, le risque des attaques à 51 % est bien réel. Le secret pour éviter de telles attaques est que la communauté d’un réseau s’accorde à défendre son immuabilité et à maintenir sa décentralisation.

Envie d’acheter des cryptomonnaies ?

Lancez-vous

AUTRES LECTURES

LIVRES

  • Jake Adelstein — J'ai vendu mon âme en bitcoins ;
  • Laurent Leloup — Blockchain : La révolution de la confiance ;
  • Akito Yamamoto — Bitcoin Hacking : Protégez-vous des Pirates Informatiques Broché.

LIENS

Qu’est ce qu’une attaque 51 % ?

Combien ça coûterait une attaque 51 % ?

Entretien avec Jeffrey Smith, CIO de GHash. io

Attaque 51 % sur Ethereum Classic : 1,1 million de dollars dérobés

L’attaque aux 51 % est elle possible ?

DISCLAIMER

Cet article ne constitue en aucun cas un conseil en investissement ni une offre ou une invitation à acheter des actifs financiers numériques.

Le présent article est fourni à titre d'information générale uniquement et aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n'est faite et aucune fiabilité ne doit être accordée quant à l'équité, l'exactitude, l'exhaustivité ou la justesse de cet article ou des opinions qui y sont contenues.

Certaines déclarations contenues dans cet article peuvent concerner des attentes futures fondées sur nos opinions et hypothèses actuelles et comportent des incertitudes susceptibles d'entraîner des résultats, performances ou événements réels différents de ces déclarations. 

Ni Bitpanda GmbH, ni aucune de ses filiales, conseillers ou représentants ne peuvent être tenus responsables de quelque manière que ce soit en relation avec cet article. 

Veuillez noter qu'un investissement dans des actifs financiers numériques comporte des risques en plus des opportunités décrites ci-dessus.